© 2018 - Céline Chevet

Vent Rouge - Katana 1

Jean-Luc Bizien

 

Résumé :

Le jeune Ichirô suit les préceptes de son maître et père adoptif, le vieux guerrier Hatanaka, afin de devenir un grand samouraï. Mais il découvre un jour que ses parents ont été tués par le daimyo, l’impitoyable seigneur-dragon, réputé invincible. Ichirô ne sera plus désormais guidé que par un seul souhait : obtenir vengeance et vaincre le démon qui a fait de lui un orphelin. La route pour y parvenir ne sera pas sans danger, mais il pourra compter sur l’aide de quatre jeunes gens rencontrés en chemin et auxquels il semble mystérieusement lié. 

Intro :

J'ai eu la chance de voir Jean-Luc Bizien au salon des Imaginales et c'était une belle rencontre. Comme nous avons parlé Japon, il m'a recommandé ce diptyque que j'ai découvert avec plaisir ! Les sujets abordés le sont avec justesse et l'ambiance est saisissante.

Note globale* : 8,7/10

*ce n’est pas la moyenne des notes ci-dessous, plus mon ressenti global

 

 

Les personnages :

Note : 7,8/10

Les personnages sont nombreux et intéressants. Les profils se côtoient, interagissent, se complexifient. On retrouve la rigueur, les codes de comportement, la hierarchisation et les règles sociales du Japon féodal. Les réactions des protagonistes sont très justes et ne manquent pourtant pas d'étonner. Le personnage d'Aiko est fort et inattendu, je l'apprécie beaucoup. Celui d'Ôno est prometteur. J'ai lu des commentaires disant que les héros manquaient de profondeur, pour ma part, je n'ai pas trouvé que c'était le cas, néanmoins je comprends le ressenti : ils ne sont pas encore très développés dans ce tome un et j'attends beaucoup d'eux par la suite. Certains mystères ne seront éclaircis que dans le tome deux. 

L’histoire :

Note : 9/10

C'est une histoire de vengeance qui commence sur un magnifique premier chapitre. Ichirô va chercher à venger la mort de ses parents en s'attaquant à un daimyô-dragon, adepte de la magie noire. Le "méchant" est charismatique à souhait et fait froid dans le dos ! Pourtant, Ichirô ne se démonte pas. Il agit en guerrier et se révèle au delà des espérances de son maître yamabushi. L'histoire est bien menée avec de nombreux rebondissements et des chapitres très forts. L'ambiance est merveilleusement bien décrite et je me suis immergée dans l'action tout au long de ma lecture. J'ai hâte de découvrir la suite dans le tome 2.

 

L’écriture :

Note : 9,8/10

J'adore la plume de Jean-Luc Bizien. J'ai relu deux fois son premier chapitre tellement je l'ai trouvé beau et impactant ! J'ai toujours envie de noter plein de tournures de phrase que je trouve poétiques et profondes. Son style est parsemé d'images. Il est riche, complexe et très bien travaillé.

Conclusion :

Je le recommande !! Je suis déjà en train de dévorer le tome 2... Une belle histoire de samouraï, d'amour et de vengeance dans un Japon féodal magique et envoûtant !

Dragon Noir - Katana 2

Jean-Luc Bizien

 

Résumé :

Après avoir découvert le secret qui le lie à ses compagnons de route, Ichirô est plus que jamais décidé à anéantir le daimyo qui a tué ses parents. Il lui faudra, pour cela, partir en quête d’un katana mythique, seule arme capable de venir à bout de l’implacable seigneur-dragon. Aidé de Buta, le paysan, de Jotarô, le voleur, d’Aiko, le ninja, d’Onô, le samouraï, et d’Hatanaka, son vieux maître, Ichirô est prêt à défier son invincible ennemi et à accomplir son destin. Avec le diptyque Katana, Jean-Luc Bizien nous offre un récit où action, émotion et aventure mènent la danse. Ce faisant, il rend également un brillant hommage aux films de sabre japonais.

Intro :

Une suite qui ne fut pas décevante pour un sous ! Elle est finalement assez différente du premier tome dans le sens où l'on découvre réellement le côté "Fantasy" du roman. Moins axé sur les personnages, ce second opus est riche en actions.

Note globale* : 7,9/10

*ce n’est pas la moyenne des notes ci-dessous, plus mon ressenti global

 

 

Les personnages :

Note : 7,5/10

Les personnages continuent d'évoluer, ils se complexifient. J'ai trouvé que l'auteur avait fait un réel effort pour leur donner à tous de l'importance, néanmoins, on sent que Ichirô, Ôno et Buta sont plus aboutis. Aiko (que j'avais adoré dans le premier tome et de qui j'attendais beaucoup) n'a pas provoqué de "Waouh" (est-ce qu'on me comprend si je le dis comme ça ?? ^^') et Jôtaro est toujours un peu en retrait. Je me suis beaucoup attachée aux personnages malgré tout. Leurs réactions et actions étaient parfois un peu attendues, mais ils ont su également me surprendre. Mention spéciale pour le Yamabushi Misshaku que j'aime beaucoup et dans lequel je retrouve ma vision du ronin.

L’histoire :

Note : 9/10

Le tome 2 possède beaucoup d'éléments liés à la Fantasy et au roman jeunesse. On y retrouve le principe de quête, le combat ultime, la recherche de l'arme capable de vaincre le démon et la transformation du couard en héros. Les codes sont là, affirmés. Malgré tout, je ne me suis pas ennuyée. Peut-être parce que le rythme est vraiment bon et l'univers abouti. La plume de l'auteur y est aussi pour quelque chose. C'est incontestablement une très belle plume, complexe et recherchée. Mais je ne peux pas parler de l'histoire sans parler de la fin... Et quelle fin !!! Personnellement, j'ai adoré. Elle conclut parfaitement ce diptyque ! 

 

L’écriture :

Note : 9,8/10

Comme je l'ai dit, la plume est très belle, mais au delà de l'esthétisme littéraire, je trouve qu'elle ancre le roman dans un monde mature loin des facilités du roman jeunesse où l'on a tendance à tout simplifier afin d'être certain que l'adolescent comprendra... Jean-Luc Bizien s'adresse à ses lecteurs sans apriori et il leur offre, grâce à son style, un roman pour tous les âges.

Conclusion :

C'était un superbe voyage. Et ce diptyque fait partie des livres que je relirai avec plaisir. Je vous le conseille vraiment !!

This site was designed with the
.com
website builder. Create your website today.
Start Now