© 2018 - Céline Chevet

Kafka sur le rivage

Haruki Murakami

 

Résumé :

Un adolescent, Kafka Tamura, quitte la maison familiale de Tokyo pour échapper à une malédiction œdipienne proférée par son père. De l'autre côté de l'archipel, Nakata, un vieil homme amnésique, décide lui aussi de prendre la route. Leurs deux destinées s'entremêlent pour devenir le miroir l'une de l'autre, tandis que, sur leur chemin, la réalité bruisse d'un murmure envoûtant.

Intro :

Découvert après ma lecture de la trilogie 1Q84 que j’ai adoré, j’ai pu me replonger dans un univers tout aussi profond, loufoque, poétique et mystérieux. Cette deuxième lecture de Murakami place inexorablement l’auteur parmi mes favoris.

Note globale* : 8,8/10

*ce n’est pas la moyenne des notes ci-dessous, plus mon ressenti global

 

 

Les personnages :

Note : 10/10

La force de Murakami en plus de son univers atypique, est sans nul doute ses personnages. L’auteur ne nous montre que certaines facettes de leur personnalité et pourtant, on a un sentiment de rondeur, de richesse sur chacun d’entre eux, les personnages primaires comme les secondaires. J’ai rarement lu un livre fantastique où les personnages m'ont semblé aussi réalistes, aussi humains. Les réactions, les décisions qu’ils prennent sont quelquefois inattendues, mais jamais déplacées par rapport à leur construction psychologique et à leur passé. De plus, la panoplie des caractères modernes et la complexité accordée à chacun d’entre eux est vraiment satisfaisante. On n’a pas de stéréotypes, autant de qualités que de défauts. Bref, vous l’aurez compris, je suis fan.

L’histoire :

Note : 7,1/10

Kafka sur le rivage est une lecture compliquée. L'histoire ne possède pas une ligne directrice droite avec un commencement et une fin. Elle est tordue, complexe, le fil se coupe pour reprendre ailleurs.

Je pense qu'il y a plusieurs lectures de Kafka sur le rivage. On peut décider de se laisser porter par le flot des évènements, se laisser guider par la poésie sans se poser trop de questions, ou chercher à tout comprendre, les métaphores, les sens cachés, l’introspection qui en découle. Personnellement, je préfère lire du Murakami en me laissant absorber par l’univers et sans chercher à me poser trop de questions quant au pourquoi du comment. Peut-être que je passe alors à côté du vrai sens que l’auteur a voulu donner à son livre, mais c’est aussi la force de Murakami : être capable de nous laisser le choix de ce que l’on veut voir ou non dans son œuvre.

 

L’écriture :

Note : 10/10

Je suis une grande fan de la poésie et de l’esthétisme de la plume de Murakami. Il est réellement un modèle pour moi en tant qu'autrice, car ses images me parlent immédiatement et je ne trouve jamais son style lourd ou longuet. Il possède une vraie force et ses métaphores s'adressent directement au rêveur qui se trouve en nous.

Conclusion :

Un livre que je recommande fortement, bien qu'il soit très probablement polarisant (tout comme 1Q84) en raison de la trame narrative. Sans doute l’une de mes lectures favorites ! Le genre de livre que vous ne voulez pas finir pour ne pas cessez de rêver.

This site was designed with the
.com
website builder. Create your website today.
Start Now